HISTOIRE DU CIGARE

 

En 1492, quand Christophe Colomb débarque à Cuba, il remarque que les indigènes inspirent la fumée émanant de la combustion de plantes. A son retour sur le continent, il introduit le tabac en Occident et démarre ainsi la légende du cigare… 

Chronologie du cigare

1492 : Christophe Colomb découvre le tabac à Cuba et le rapporte en Europe.
1676 : Naissance du cigare à Séville.
1762 : Première manufacture de cigares aux USA
1799 : Ouverture de la première manufacture à La Havane.
1815 : Napoléon lance la fabrication de cigares en France.
1817 : Abolition du monopole royale d’Espagne à Cuba. Ouverture de centaines de manufacturiers.
1825 : Création du registre des marques de La Havane.
1961 : Embargo américain sur Cuba entraînant la création de nouveaux terroirs en Jamaïque, au Mexique, en Floride et à Saint Domingue.

Le terme "cigare"

 

Le mot cigare vient du mot espagnol « cigarro », mot lui-même d'étymologie incertaine, qui pourrait venir du maya « zicar » (« fumer ») ou de l'espagnol « cigarra » (« cigale » à laquelle il ressemble par la forme et la couleur).

Le terme "Havane"

 

Une des histoires sur l’origine du terme "Havane", selon le spécialiste du tabac cubain Raynaldo Gonzales, remonte à 1799 sur un document officiel de la Junta de la Factoria de Tabacos.
Désormais Cuba a décidé qu’il fallait dire "habano" à la place de "havane" mais le terme originel est encore utilisé majoritairement par tous les amateurs de "puros".

 

COMPOSITION D'UN CIGARE

 

La tripe

Cœur du cigare, la tripe est constituée de trois types de feuilles de tabac pliées ensemble qui proviennent de différentes parties de la plante :
le volado : assure la bonne combustion du cigare et provient de la base du pied de tabac
le seco : donne l'arôme du cigare et provient de la partie médiane du pied de tabac
le ligero : donne la force du cigare et provient du sommet du pied de tabac ; c'est elle qui reçoit   le plus de soleil, ce qui explique la force qu'elle donne au cigare.

 











La sous-cape
Feuilles intercalaires entre la tripe et la cape, elles enveloppent la tripe et se nomme aussi la « capote ». Elle est composée de deux demi-feuilles enroulées l'une dans un sens, l'autre dans le sens opposé pour le maintien de la tripe.

La cape
Feuille qui enrobe le cigare, elle influe sur la combustion, sur la cendre et son aspect esthétique est bien sûr très important. Elle est cultivée dans le monde entier. Notamment à Cuba principalement dans la région de Viñales. En Équateur, au Cameroun, en Indonésie, au Brésil, et au Nicaragua. Contrairement à une idée qui tend à se rependre, cette feuille n'a qu'une influence minime sur le gout final du cigare (de 2 à 10 %). En raison de la faible importance en poids et en épaisseur de cette feuille, mais également en raison de son unique destination esthétique. La tendance ancienne était d'identifier un cigare puissant par sa cape sombre et inversement pour une cape claire. C'est un critère révolu avec la généralisation des capes sombres pour des raisons commerciales (Tendance des amateurs à se porter vers un cigare à cape sombre plutôt qu'à cape claire.)

Les couleurs de cape
Ceci n'est qu'un aperçu des nuances les plus visibles. Plusieurs autres nuances existent, dont certaines ne sont qu'à peine perceptibles. Les instances cubaines via la société gouvernementale Habanos S.A comptent 92 nuances de couleur.

 

  •     Claro claro : jaune clair

  •     Claro : brune très claire

  •     Colorado claro : brune claire à brune or

  •     Colorado : brune moyenne

  •     Colorado maduro : brune foncée

  •     Maduro : brune très foncée

  •     Oscuro : brune très foncée, presque noire


Familles


Au dos de chaque boite de havanes figurent, selon les cas, les mentions suivantes :
Totalmente a mano : La production la plus soignée, la tripe longue « tripa larga » (longue car les feuilles sont entières), la sous-cape ainsi que la cape sont entièrement posées à la main par un torcedor.
Totalmente a mano, TC : La tripe est courte « Tripa Corta » et seules la sous-cape et la cape sont posées par le torcedor, la tripe est assemblée dans une machine.
Máquina : Ce sont des cigares faits entièrement à la machine, pour les grosses productions ; il s'agit de la moins bonne catégorie de cigare. Il existe deux types de Máquina :
         Máquina Tripe longue : Cas relativement rare où la feuille est entière
        Máquina Tripe courte : Les feuilles qui composent la tripe sont hachées et mélangées ; ce sont généralement les chutes de feuilles utilisées pour la conception des « Totalmente a mano » et « Hecho a mano ».

Le terme module définit la taille et le diamètre d'un cigare. On retrouve 42 modules différents dans les gammes de cigares en provenance de Cuba. 

Les principales familles de cigares :

 

  • Les mini-panatellas : sont les modules de moins de 120 mm de longueur et 12,4 mm de diamètre.

  • Les demi-tasse : moins de 120 mm de longueur et entre 12,4 et 14 mm de diamètre.

  • Les panatellas : représentent les modules composés d’une longueur comprise entre 120 et 155 mm et d’un diamètre compris entre 14 et 15,6 mm.

  • Les coronas : est le module classique. La longueur est comprise entre 130 et 145 mm et le diamètre est compris entre 15,6 et 17,7 mm. Au sein des coronas, on compte les petits coronas (105 à 130 mm de longueur), les grands coronas (145 à 160 mm) et les lonsdales (plus de 160 mm). Tous les coronas ont un diamètre équivalent.

  • Les coronas gordas : ont une longueur de 145 à 160 mm et un diamètre de 17,7 à 19 mm.

  • Le churchill : est le roi des modules. Le diamètre est compris entre 17,7 et 19 mm. La longueur est supérieure à 160 mm.

  • Les especiales : est un cigare de plus de 230 mm de longueur pour un diamètre compris entre 17,7 et 19 mm.

  • Le robusto : est un module de moins de 130 mm de longueur et de diamètre compris entre 19 et 20 mm.

  • Le double corona : est de diamètre similaire au robusto, mais il fait plus de 180 mm de longueur.

 

LES MODULES


Choisir un module


Le diamètre et la longueur du cigare vont influer directement sur le goût du cigare. Une chose essentielle à savoir est que les gros cigares se fument généralement plus facilement que les petits. Hormis le corps cylindrique que l’on trouve en majorité, il existe une grande variété de formes originales. Parmi la forme originale la plus connue, on peut citer les figurados qui sont en forme d’obus.

Chaque moment privilégié de la journée peut favoriser la choix d’un module différent. Par contre, il convient de savoir que les amateurs de cigare qui franchissent le pas de gros modules comme le churchill, robusto ou double corona auront du mal à revenir en arrière vers de modules de taille plus modeste. C’est alors au sein des marques de la sélection se fait pour apprécier différentes puissances suivant le moment de la dégustation.

Arôme : odeur dégagée par le cigare lorsqu’il brûle ou lorsqu’il est fumé. Le bouquet est le parfum de la cape et de l’extrémité du cigare lorsque celui-ci n’est pas encore allumé.


VOCABULAIRE

 

 

Bague : anneau de papier qui décore le cigare et porte la marque du fabricant

 

Batillon : déchets de tabac utilisés pour fabriquer la tripe des cigares bon marché.

 

Biddies : petit cigare originaire des Indes.

 

Bourrage :  Obstruction dans le cigare dû à un roulage trop serré et rendant le tirage difficile.

 

Cape : Feuille extérieure du cigare enroulée autour de la sous cape . Elle est la feuille de qualité la plus fine.

 

Cigares grand public : cigares peu onéreux fabriqués mécaniquement en grandes quantités.

 

Cigares haut de gamme : cigares de grande qualité fabriqués toujours à la main avec des tabacs longs.

 

Cigares secs : petits cigares n’ayant pas besoin d’humidification, ils sont fabriqués par les Suisses et les Hollandais.

 

Clear havana : cigare fabriqué uniquement avec des tabacs de la Havane.

 

Coiffe : Pièce de tabac recouvrant la tête du cigare et que l’on coupe avant de le fumer.

 

Corps : partie centrale du cigare.

 

Coupe cigare en forme de dièdre : Les coupe-cigares en forme de dièdre donnent une coupe à deux côtés en forme de V.

 

Criollos : cigares bruts fumés à Cuba.

 

Culebra : les Culebras, sont des cigares formés de trois cigares entortillés en une tresse.

 

Demi-tasse : petit cigare de 10 centimètres de long et de 11,91mm de diamètre env.

 

E.M.S. English Market Selection : cape de couleur brune.

 

Fait à la main : cigare dont la poupée et le robage sont faits uniquement à la main.

 

Fermentation : procédé pendant lequel le tabac grâce à sa chaleur élimine la nicotine et d’autres composants, c’est à ce moment qu’il change de couleur et développe ses arômes.

 

Feuilles cultivées sous toile : feuilles cultivées sous un voile protecteur de mousseline pour les protéger du soleil.

 

Figuardo : Cigares n’ayant pas la forme d’un cylindre parfait.

 

Galera : atelier de roulage des cigares d’une manufacture.

 

Guillotine : coupe cigare dans lequel on insère le cigare dans un trou puis ce dernier est coupé par une lame.

 

Humidificateur ou humidor : boite hermétique avec un élément humidifiant servant à conserver les cigares.

 

Hygromètre : appareil qui sert à mesurer l’humidité relative et qui peut être utilisé dans un humidificateur.

 

Manoque : petite botte de feuilles de tabac.

 

Masses de fermentation : entassement de feuilles de tabac séchage afin de provoquer la fermentation sans hausse de la température.

 

Maturation : période pendant laquelle les cigares restent dans une chambre de maturation en bois de cèdre avec une humidité contrôlée pour permettre aux arômes des tabacs de se mélanger à l’intérieur du cigare.

 

Pied : partie du cigare qu’on allume.

 

Poupée : lors de la fabrication du cigare, ensemble des feuilles formé par la tripe et la sous-cape, celle-ci est ensuite enveloppée dans la cape.

 

Puro : Terme espagnol signifiant pur et désignant des cigares dont la cape, la sous-cape et la tripe proviennent du même pays.

 

Roulé à la main : cigare dont la cape a été mise à la main, mais dont la poupée a été faite mécaniquement.

 

Rouleur : personne qualifiée chargé d’appliquer la cape sur le cigare

 

Sous-cape : Feuilles de tabac qui enveloppent la tripe et la maintiennent. Cette sous-cape est recouverte par la cape.

 

Tête : bout du cigare qui a été coupé et que l’on met dans la bouche.

 

Torcedor : maître cigarier

 

Tripe : cœur du cigare constitué de feuilles de tabac recouvert par la sous-cape puis la cape.

 

LES OUTILS

 

Le coupe-cigare

Comment couper le cigare ?
La dégustation du cigare est ritualisée par ses amateurs et comprend plusieurs phases. Tout d’abord le plaisir anticipé, puis le cigare est pris en main, on le roule entre les doigts pour apprécier sa souplesse, sa texture, on hume le cigare avant de l’allumer afin d’en goûter la finesse des arômes.

Faut-il enlever la bague ?
Il n’est pas utile d’enlever la bague, toutefois, si vous souhaitez le faire, il vaut mieux attendre d’avoir allumé son cigare, la chaleur aide à la détacher de la cape. Si vous essayez de la retirer avant, la cape pourrait être abîmée.

La coupe reste un des rituels fondamentaux, il est préférable de réaliser avec grand soin cette opération. La coupe doit être nette et respecter la délicatesse avec laquelle la coiffe a été appliquée sur la tête. Une bonne coupe du cigare permet un bon tirage de celui-ci.

Différents types de coupe


Il existe plusieurs types de coupe :  "à la guillotine" qui fend la tête horizontalement, une coupe étroite de la tête en V ou le percement d’un trou au milieu de la tête.

Avec quoi couper ?
On distingue plusieurs types d’instruments de coupe : le coupe-cigare en forme de dièdre, la guillotine et la lancette. On peut aussi utiliser des ciseaux spéciaux ou un canif. Une petite coupe est l’idéal afin de ne pas mordre à l’endroit où la coiffe rejoint la cape sinon le cigare s’effiloche et son goût en pâtira. Il faut donc toujours couper au-dessus de cette ligne.

Les coupe-cigares guillotines donnent des coupes douces et sont très faciles à utiliser. Ils présentent la caractéristique de permettre une coupe d’une grande précision et d’une grande régularité.

Les coupe-cigares en forme de dièdre donnent une coupe à deux côtés et devraient favoriser un bon tirage, mais peu coupent sans effilocher les bords et ils ne conviennent pas pour des cigares à tête pointue, ni pour des cigares de gros diamètres. Les lancettes ne réalisent pas une coupe, mais un trou, ce qui peut dégager des acides et des jus de tabac et entrainer une impression désagréable. Les ciseaux à cigares demandent une certaine dextérité, ils ont une double lame et pour certains modèles un emplacement spécialement conçu pour le cigare. On peut également pincer la coiffe avec les ongles, mais ceci doit être fait adroitement pour que le cigare puisse développer ses arômes.

Quelle taille de coupe ?
La taille de la coupe est très importante autant que la dimension du cigare choisi car elle influe sur la saveur, le tirage, et la combustion et a donc un rôle important. En effet, une ouverture trop grande se traduira par une fumée amère dans la bouche, une chaleur trop importante et une combustion rapide. Une ouverture trop petite entraînera un mauvais tirage, une quantité minimale de fumée et un goût altéré en raison de la concentration de nicotine et de goudron.

La coupe parfaite doit donc être d’un diamètre légèrement inférieur à celui du cigare.

Le coupe-cigares guillotine permet d’avoir une ouverture propre, ronde et calibrée à la tête du cigare ce qui aide à avoir un bon tirage et à la diffusion des arômes. Les coupe-cigares guillotines existent dans de nombreuses matières comme le plastique, l’acier trempé, mais également en argent ou même en or. Quel que que soit le modèle choisi, il faut toujours se rappeler que la coupe doit être rapide et précise afin d’optimiser le plaisir de fumer un bon cigare.

L'Humidor


Comme le vin, le cigare continue de travailler tout au long de sa vie. Un cigare peut se conserver largement au delà de 10 ans, mais la conservation est un critère vital afin de garder vos précieuses vitoles en bon état. La cave à cigares (qu’on appelle aussi humidor) est le premier achat que tout fumeur doit faire avant de commencer à stocker les cigares.

C’est bien sûr le taux d’humidité qui est le facteur principal, mais d’autres éléments sont à prendre en compte lors de l’achat d’une cave à cigares. De manière générale, on préconise un taux d’humidité proche de 70% dans une cave à cigares afin de se rapprocher des conditions originelles de préservation à Cuba.
La cave à cigares

L’achat d’une cave à cigares nécessite de faire des choix car l’offre est très large. C’est en fonction de votre habitude de consommation que vous allez déterminer le modèle et il faut ensuite prêter attention à certains critères de qualité d’une cave afin d’optimiser la conservation de vos cigares.

Choisir un humidor

 

  •     La capacité

  •     Le système d’humidification

  •     Le système de surveillance

  •     Le style ou design


Récemment, les prix moyens des humidors a largement baissé. Désormais on trouve des variations de prix entre € 60 et € 1000 pour des caves à cigares de qualité. Dès lors, il peut être difficile d’évaluer les critères qualitatifs d’un humidor et de comparer les prix.

L’objectif premier d’une cave à cigares est de maintenir une humidité constante. Pour cela, l’intérieur doit être impérativement en bois de Cèdre d’Espagne. Le taux d’humidité doit tourner autour des 70%. L’humidor doit être parfaitement étanche de l’intérieur pour que l’humidité ne s’échappe pas. Des séparations en bois de Cèdre doivent aussi être incluses dans la cave afin de pouvoir séparer les cigares de provenances/marques différentes.

Comme la cave à cigares est un élément essentiel à tout fumeur, notre conseil le plus sage est d’aller dans une civette afin de sélectionner votre humidor. Restez éloigné des modèles que vous pouvez trouver ailleurs que chez un spécialiste du cigare.

Au niveau de la contenance, vous pouvez commencer avec une capacité de 50 cigares, mais si votre budget le permet il ne faut pas hésiter à dépasser une capacité de 100 cigares.

Ensuite, c’est vraiment question de marque et de design pour définir le prix car pour un humidor à capacité et qualité égale on peut voir les prix tripler suivant la finition luxueuse ou modeste et la marque de prestige ou non.
Davidoff inventeur de l’humidor

C’est Zino Davidoff qui inventa la cave à cigares durant ses longs séjours dans les pays producteurs de tabac.

 

LES PRINCIPAUX TERROIRS


Les tabacs utilisés pour la fabrication de cigares sont cultivés principalement à Cuba, au Cameroun, au Brésil, en République dominicaine, en Indonésie, au Nicaragua, au Honduras et aux États-Unis.

Les cigares fabriqués à Cuba (les Habanos) sont considérés par les fumeurs de cigares comme les plus fins et les plus complexes en termes de dégustation, bien qu'aujourd'hui de nombreux autres pays produisent des cigares de qualité comparable mais pas équivalente. C'est d'ailleurs dans une seule région de Cuba que sont cultivés les meilleurs plants de tabac destinés aux cigares les plus prestigieux. Il s'agit de La Vuelta Abajo qui se caractérise par un terroir et un climat idéal pour la culture du tabac. Tous les cigares cubains de qualité proviennent de la Vuelta Abajo.
La région de Navarrenx, dans le Béarn (France), comporte également une production de cigares, portant la marque Navarre. L'entreprise qui a connu quelques difficultés2 a été reprise durant l'été 2010 et la production devrait reprendre le 17 septembre 2010. Des rouleuses spécialement venues de Cuba confectionnent les cigares Navarre. Dans le cadre de la nouvelle politique commerciale de la marque, les cigares Navarre seront désormais distribués par Altadis (ex Seita).


Cuba








En 1988, "Habanos S.A." décide d'établir une hiérarchie des marques en fonction du prix, du volume de vente et de la notoriété internationale de chacune de ses marques. C'est cette pyramide qui régit aujourd'hui encore la politique commerciale de "Habanos S.A.".

 

Haut de gamme : 
Cohiba, Trinidad, Vegas Robaina, Montecristo, Cuaba

Gamme moyenne : 
Romeo y Julieta, Partagas, San Cristobal de La Habana, Punch, Hoyo de Monterrey, Bolivar, La Gloria Cubana, H. Upmann

Qualité courante : 
Fonseca, La Flor de Cano, Troya, Quintero, Los Statos de Luxe, Caney, Belinda, Cabanas, La Corona, José L. Piedra

 

 

 

L’appellation
 

Pour qu’un cigare ait le droit à l'appellation "habano", il faut qu’il soit roulé à Cuba à partir de feuilles cultivées sur l’île. 
Cinq régions cultivent ce tabac : Oriente (Bayamo, Baracoa), Remedios (la zone comprise entre Sancti Spiritus et Santa Clara), Partido (près de la Havane), Semi-Vuelta et la célèbre Vuelta Abajo. Les terroirs les plus réputés se cantonnent autour de 2 villages de la Vuelta Abajo : San Luis et San Juan y Martinez.

 

Le Monde du cigare

 

  • Facebook Basic Black
  • Black Google+ Icon
FullSizeRender_3 (2)